Univers Natendo

Metroid Dread

Voir le test en vidéo
Lire la vidéo

Metroid Dread est le cinquième opus des jeux 2D de la série. Les fans n’osaient même plus l’espérer : le jeu s’est fait attendre pas moins de 19 longues années. Sa révélation lors de l’E3 2021 par Nintendo à suscité un vif intérêt de la part des joueurs relançant l’enthousiasme de la saga auprès de ces derniers. Mais le jeu est-il vraiment à la hauteur de son engouement ? Voyons cela ensemble !

Test réalisé en 2021

Après avoir éradiqué les Métroïdes et les Parasites X lors des 4 précédents jeux, Samus Aran est, comme nous, surprise du message envoyé par la Fédération intergalactique : une vidéo anonyme (mais authentique) montre clairement un Parasite X en vie et en liberté sur la planète ZDR. Ces terribles Parasites capables de tuer et répliquer toute forme de vie n’ont plus aucun prédateur depuis l’annihilation des Métroïdes… Pour analyser la situation sans mettre en péril de précieuses vies, la Fédération envoie des E.M.M.I. (des robots surpuissants) enquêter. Mais l’arrêt soudain de leur communication renforce le mystère autour de ZDR. La Fédération est encore une fois contrainte de faire appel aux services de notre Chasseuse de Primes préférée. Elle est la seule à même de résoudre la situation puisqu’elle ne craint pas les Parasites X grâce à son ADN Métroïde, acquis lors de ses précédentes péripéties. Ce n’est qu’une fois arrivée sur la planète que les problèmes commencent. Elle (donc nous au passage) se fait attaquer par un inconnu bien trop puissant pour elle et se retrouve sans équipement dans les profondeurs de ZDR à devoir remonter à la surface pour récupérer son vaisseau… le jeu commence alors !

Disons le, Metroid Dread ne brille pas particulièrement par la complexité de son scénario. Il n’est pas même particulièrement original ou très aguicheur mais il saura ravir les fans en leur donnant l’occasion d’en apprendre un peu plus sur les Chozos, une autre espèce importante mais peu développée de la série. Pour faire simple, l’objectif du scénario est d’expliquer pourquoi Samus s’est retrouvée perdue dans les tréfonds d’une planète et pourquoi le joueur doit l’en faire sortir. Et c’est bien suffisant, car ce n’est pas sur cet aspect que le jeu rayonne.

C’était déjà le fer de lance de la série il y a plus de 20 ans, (si bien que la série a donné en partie son nom aux jeux du genre : Metroidvania) : le gameplay ! C’est lui qui donne tout son intérêt au jeu. À la fois un jeu de plateforme, d’exploration et de tir, Metroid Dread garde le joueur dans une action continue, dynamique et fluide. Samus se déplace dans un monde en 2D, et peut donc se mouvoir vers la gauche, la droite, le haut et le bas. Mais surtout courir, s’accroupir, glisser, nager, s’agripper aux murs, tirer des missiles… une liste d’actions possibles qui ne cessent de s’accroître au fil de l’aventure, renouvelant la jouabilité du titre en quasi-permanence.

Le gameplay du jeu est ainsi étroitement lié aux décors qui le composent. Chaque zone est adroitement pensée pour que les mouvements de Samus soient fluides, libres et intuitifs. C’est un vrai régal de contrôler Samus : je ne me suis jamais senti limité dans mes actions et dès lors qu’une nouvelle capacité est débloquée, elle devient déjà indispensable. À première vue, la progression dans le jeu semble trop simple ou répétitive : explorer une zone, déverrouiller des capacités nous permettant d’atteindre de nouveaux endroits ou d’éradiquer un Boss, afin d’aller dans une nouvelle zone et recommencer. Dans la pratique ce n’est pas vraiment ça. Sans cesse, Samus doit faire des allers-retours entre les différents environnements, afin de s’armer face aux menaces des différentes zones. Oui, car il y a en effet un gros élément dont je n’ai pas encore vraiment parlé et qui rend l’atmosphère du jeu bien différente. Les E.M.M.I. ! Ces robots invincibles (ou presque) ont été piratés et pourchassent Samus dans le but de l’éliminer. Comme ils sont contraints à la rechercher dans des zones spécifiques de la carte, franchir la porte d’une zone E.M.M.I. change la dynamique du tout au tout. La chasseuse devient la proie. Simple et efficace : si le robot nous attrape, c’est le game over et il faut recommencer. Il faudra parfois s’armer de patience, prendre notre courage à deux mains et courir, mais surtout utiliser les capacités de camouflage à bon escient, au bon moment. En plus de la pression appliquée par les E.M.M.I., c’est l’ambiance de ces zones qui les rend particulières. L’atmosphère dégagée par la musique stridente et angoissante se mêle parfaitement à l’image dé-saturée (et donc grisâtre) pour un rendu parfait : j’en ai eu des sueurs froides… Si le gameplay de Metroid Dread est exemplaire, c’est aussi dû aux environnements qui l’accompagnent.

Je viens d’aborder les zones E.M.M.I. qui en plus d’être angoissantes sont de plus en plus complexes à fuir. Mais les décors des autres sections ne sont pas en reste. Qu’ils soient un complexe métallisé et glacial, une usine d’extraction de lave, une zone tropicale ou encore un édifice submergé, les environnements du jeu sont sublimes, et mettent parfaitement en avant ce qu’il faut. L’arrière plan n’est pas trop chargé en animations inutiles qui surchargeraient la lisibilité de l’action qui se déroule au premier plan. Les éléments avec lesquels Samus peut interagir sont clairement visibles, bien que parfaitement intégrés aux décors, ce qui rend la cohésion visuelle bien plaisante à voir. Alors oui, les limitations techniques de la Switch se font ressentir, 5 ans après sa sortie : le jeu saccade parfois et n’a pas une qualité d’image parfaite. Mais cela n’empêche pas vraiment de profiter de l’aventure. C’est dommage mais pas catastrophique.

Metroid Dread est de loin mon coup de cœur de cette année 2021. Le gameplay est riche, les environnements sont passionnants à explorer et les ennemis, notamment les Boss ou les E.M.M.I., offrent un challenge très plaisant à relever. La difficulté est bien dosée, à la limite du die and retry sans pour autant en abuser, mettant nos capacités d’analyses, nos réflexes et nos nerfs à rude épreuve, la moindre erreur étant sévèrement sanctionnée. La réussite n’en est que plus satisfaisante. Si le jeu souffre par endroits de la technique vieillissante de la Switch, l’univers visuel proposé reste très agréable à l’œil, d’autant qu’il est sublimé par une musique d’ambiance parfaitement adaptée. Le jeu aurait pu très vite devenir redondant dans sa routine d’exploration, mais les nouveautés de jouabilité apportées par les améliorations constantes des capacités de Samus ne la rendent que plus agréable. Je pourrai reprocher le peu d’éléments scénaristiques du jeu (j’ai été surpris de voir une cinématique au bout de 3 h de jeu, et me rappelle avoir pensé “ah c’est vrai y’a une histoire”), mais là encore, il n’y a pas grand-chose à redire : le scénario fait son boulot et peut même se vanter d’avoir un final explosif. En bref, Metroid Dread signe le retour en grande pompe d’une série longtemps laissée dans l’ombre…

Et pour vous faire votre propre avis, une démo du jeu est même disponible sur l’Eshop de la Switch, alors n’hésitez plus et foncez aussi vite que Samus !

17/20

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Partager votre (vos) avis !x